Le Vilain pas Beau

Durée: 40 min

Primaire, Maternelle à partir 4 ans


Le Vilain pas Beau
L'histoire
Lui, il est petit, pas bien gros, pas trop costaud et surtout vraiment pas très beau.
On l'appelle même "le vilain pas beau".
Et alors?
C'est pour ca qu'il ne faut pas lui parler? Jouer avec lui?
C'est pour ca qu'il faut s'en moquer ?
Et puis un jour, certaines fois, les vilains pas beaux peuvent révéler d'autres beautés.

Le Vilain pas Beau
La forme
Petite forme, "objets" détournés et animés par 2 comédiens qui racontent, manipulent à vue et interprètent tour à tour huit personnages .
Il s’agit de parler de situations quotidiennes et nous avons décidé d’utiliser des objets quotidiens, montrant ainsi la transformation d’un objet ordinaire en personnage théâtral : notre regard est souvent figé, mais il est possible de voir autre chose que ce que le prisme du quotidien nous renvoie


Le Vilain pas Beau
Note de l'auteur
Après Rumeurs et Humeurs d’Humains, deux spectacles qui s’adressent à un public
« grand », j’ai voulu écrire en direction du très jeune public.
Comme tous les spectacles de la Compagnie, ce qui préside à l’écriture, c’est l’envie d’aborder un thème, une idée, un personnage.
Là nous voulions parler de l’exclusion et de la différence qui font malheureusement partie de notre quotidien ; le faire sans concession mais d’une manière ludique et accessible aux plus jeunes.
Je me suis donc orientée vers une très libre adaptation du Vilain petit canard de Hans Christian Andersen, ne reprenant que la trame de départ :
celle du personnage de trop, celui qu’on n’attendait pas, le pas comme les autres, celui qui ne pourra pas trouver sa place à cause de sa différence, qui sera rejeté et qui subira les moqueries du groupe.
Mais c’est vers une toute autre fin que notre Vilain Pas Beau se dirigera…
Chacun a sa place à trouver, et sa propre richesse à partager avec les autres, l’individu a ses qualités et ses défauts.
Le Vilain Pas Beau devra trouver les siens pour exister auprès des autres.

Michèle ALBO

Le Vilain pas Beau
Note du metteur en scène
Dans un espace volontairement dépouillé et sobre, laissant la part belle à l’imaginaire, deux comédiens- conteurs- manipulateurs feront vivre mots et objets, manipulant à vue les personnages ainsi créés. La notion de « chantier », de « fabrication » en cours de jeu, de détournement d’objets à vue, me paraît aussi une piste scénographique à exploiter.
Le détournement de l’objet révèle notre regard stéréotypé ; au-delà des apparences et du premier regard, il y a toute une richesse à découvrir, des renversements à opérer, des combinaisons à inventer pour créer une nouvelle réalité.


Raymond YANA


Bande annonce